mardi 2 septembre 2008

Bon comme du bon pain

Ce n'est pas que mes maîtres soient chauvins, mais bon, comme bien des Français, ils ont parfois un peu tendance à penser que ce qui vient de leur pays est ce qu'il y a de meilleur. Ainsi, ils pensaient que le pain français surpasse tous les autres, comme s'il n'y avait que les Français pour savoir faire du vrai pain.
Hé bien, aux Pays-Bas, les Moun ont reconnu leur erreur. Le pain hollandais est aussi très bon. Pas de grandes baguettes croustillantes, mais de petits ronds, souvent bruns, et recouverts de toutes sortes de céréales et de graines (pignons, graines de tournesol ou de sésame...). Le bon goût du pain leur faisait presque (j'ai bien dit "presque") oublier qu'ils mangeaient à peu près la même chose à tous les repas (des sandwichs au gouda et au jambon) et qu'ils prenaient leurs petits-déjeuners dans un espace clos de 2 mètres cubes (parce qu'il pleuvait trop souvent pour le prendre à l'extérieur de la tente).

En revanche, le pain, au Japon, c'était une autre histoire. A vrai dire, les Moun n'ont pas souvent mangé du pain. Comme on dit, le pain japonais, c'est le riz. Ainsi, dans les ryokans, mes maîtres avaient la plupart du temps des petits-déjeuners japonais : du thé vert au lieu du british Earl Grey, du tofu et de la soupe miso en lieu de confiture et un bon bol de riz remplaçant les croissants. Avant de partir, mes maîtres imaginaient que le riz et la sauce soja au petit-déjeuner, ça ne passerait pas. En fait, ils ont tout de suite accroché au petit-déj typique et, lorsqu'on leur donnait le choix entre un petit-déjeuner "japanese style" ou bien "occidental style", ils choisissaient le japonais sans hésiter.
Ci-dessous, il s'agit du petit-déjeuner pris dans la chambre du ryokan de Bessho-Onsen. Le riz se trouve dans la boite laquée, par terre, sur la gauche (y'a plus de place sur la table !). Geisha Line a tout mangé... sauf le poisson grillé. Curieusement, elle a décidé que contempler dans le blanc des yeux le cadavre d'un poisson n'était psychologiquement pas tenable avant 11 heures du matin !

Si mes maîtres étaient fans du petit-déjeuner japonais traditionnel, ils ne l'étaient pourtant pas au point de s'en concocter un eux-mêmes lorsque l'occasion leur était donnée. Ainsi, à Kyoto, dans l'appartement loué, les Moun devaient se préparer eux-mêmes leur petit-déjeuner, dans la petite cuisine. Aussitôt, les vieux réflexes sont revenus. Maître Moun a tempêté : "Je veux mon café noir du matin !" et Geisha Line a déclaré qu'il lui fallait du bon pain grillé à tremper dans son thé anglais. Pensant y trouver leur bonheur, ils se sont donc rendus au sous-sol du grand magasin Takashimaya, qui est un peu l'équivalent de notre Bon-Marché parisien, aussi bien du point de vue de l'achalandage en produits de tous les pays que des prix (fort élevés, hélas). Évidemment, il y avait un rayon d'épicerie française, ainsi qu'une boulangerie où tout était écrit en français. En déboursant une petite fortune, ils ont pu faire leurs courses : des céréales, de la confiture de fraise, du café et du pain frais. Tout comme à la maison, sauf pour la taille des produits (tout petit, le paquet de céréales) et surtout le service à la japonaise. Est-ce dans un de nos supermarchés qu'on aurait l'idée de mettre à une même caisse deux serveuses dont l'une serait chargée exclusivement d'emballer chaque paquet ? J'ai bien dit chaque paquet ! Voici ci-dessous, les achats délicatement protégés avec du papier bulle et du scotch... Pas très écologique, mais tellement classe !

Si tout était comme à la maison, en revanche, le pain, malgré son emballage parfait, fut bien décevant : d'énormes tranches de pain de mie blanc, d'au moins 2 cm d'épaisseur, bien fades. Nous avons retrouvé ce type de pain dans d'autres hôtels, ce qui nous a fait penser que les Japonais appréciaient avant tout dans le pain non pas sa croûte mais sa mie. Geisha Line s'est rappelée des sandwichs de ses pack-lunchs lors des séjours linguistiques en Angleterre de sa jeunesse (ceux avec les chips au vinaigre). Piètre souvenir culinaire, à vrai dire...

Je suis donc revenu du Japon avec l'idée que les Japonais n'y connaissaient vraiment rien en pain et, pire, n'avaient aucun goût en la question. Sauf que si les Japonais ne savent pas faire du bon pain, l'un d'entre eux sait pourtant l'imaginer et le dessiner dans un manga. Oui, un manga exclusivement sur le pain et la boulangerie ! Ça existe et c'est un manga shonen (pour les adolescents) de Takashi Hashiguchi nommé Yakitate, et sous-titré par deux jeux de mots traduisant bien l'esprit de la BD : Ja-pan, un pain c'est tout !

Le jeune héros, Kazuma Azuma, âgé de 16 ans, est fasciné par le pain et, depuis dix ans, s'est lancé dans toutes sortes d'expériences culinaires pour inventer "le" pain typiquement japonais, qui saura avoir la renommée mondiale des pains européens. Son but est de créer un pain japonais, accompagnement parfaitement les mets nippons et traduisant l'identité du pays, que chaque Japonais pourrait considérer comme aussi bon que du riz. Ce pain idéal, il l'a appelé "Ja-pan". Le jeu de mots est facile, mais ça fonctionne.
L'apprenti boulanger se rend à Tokyo et est embauché dans la grande boulangerie "Pantasia". C'est là qu'il va faire connaissance avec toute une série de personnages (une jeune et jolie propriétaire, un patron étrange à la coupe Afro et un rival/complice...)... qui vont vivre leurs aventures dans près de 26 volumes à ce jour (mais seulement 17 publiés en France) !
On retrouve tous les codes du genre : un graphisme sans grande originalité, une construction narrative en épisodes et de jolies filles dont on se demande bien pourquoi elles doivent mettre d'aussi courtes mini-jupes pour faire du pain dans le fournil !
Pourtant, j'ai été complètement emballé ! Le rythme de narration est vif, avec une bonne alternance d'images dynamiques. L'humour est omni-présent, souvent proche de la parodie, voire de l'auto-dérision. Tout est fondé sur une exagération tellement grossière qu'elle suscite le rire : les réactions des personnages à l'excellence des pains créés par Azuma, par exemple. Ainsi, le croissant qu'il invente est quasiment divin. "Un doux croissant de lune déchirant la nuit noire", est-il écrit dans le texte français accompagnant l'image ci-dessous :

Le plus déroutant, c'est que malgré tous ces excès parfois grotesques, il y a beaucoup d'informations exactes dans ce manga. Le mangaka s'est entouré de boulangers professionnels et le texte s'accompagne de notes de bas de page apportant des informations culturelles. J'ai ainsi appris des choses sur l'origine du croissant (à Vienne, après une victoire sur les Ottomans) ou sur la fermentation de la pâte.

En tous les cas, une chose est sûre : j'ai refermé ce premier volume avec un incroyable désir de manger du pain ! Comme d'autres mangas culinaires, cet album donne furieusement envie de manger. Plus encore, il fait regarder le pain autrement, révélant que se cache sous son aspect bien connu toute une communion de saveurs. Toute proportion gardée, un peu comme un poème de Francis Ponge, au fond...

"La surface du pain est merveilleuse d'abord à cause de cette impression quasi panoramique qu'elle donne : comme si l'on avait à sa disposition sous la main les Alpes, le Taurus ou la Cordillère des Andes. Ainsi donc une masse amorphe en train d'éructer fut glissée pour nous dans le four stellaire, où durcissant elle s'est façonnée en vallées, crêtes, ondulations, crevasses… Et tous ces plans dès lors si nettement articulés, ces dalles minces où la lumière avec application couche ses feux, - sans un regard pour la mollesse ignoble sous-jacente. Ce lâche et froid sous-sol que l'on nomme la mie a son tissu pareil à celui des éponges : feuilles ou fleurs y sont comme des sœurs siamoises soudées par tous les coudes à la fois. Lorsque le pain rassit ces fleurs fanent et se rétrécissent : elles se détachent alors les unes des autres, et la masse en devient friable… Mais brisons-la : car le pain doit être dans notre bouche moins objet de respect que de consommation."
Francis Ponge, Le Parti-pris des choses, "Le pain", 1942, Gallimard, p 39.

Yakitate, Ja-pan, un pain c'est tout !
HASHIGUCHI Takashi
Akata / Delcourt
Premier tome sorti au Japon en mars 2002

11 commentaires:

Padoule aux céréales a dit…

Et ces fameuses machines à pain qui font fureur en France depuis un an ou deux et qui donnent il faut l'avouer un très bon résultat ? Et bien c'est pourtant une invention japonaise...

Paddy a dit…

Cela ne m'étonne pas ! Mais ne dis pas ça à Maître Moun ! Voilà des années qu'il harcèle Geisha Line à chaque Noël pour qu'elle lui offre une de ces fameuses machines !

Mimi Kaolin a dit…

whaou,j'ai du me creuser les méninges pour savoir comment déposer mon grain de sel.Et 2 cerveaux droits ça donne quoi? (je suppose que tu entendu parlé de la "latéralisation" des tâches qu'accomplissent nos 2 cervelets qui parrait-il est inversé par rapport à nous chez nos amis d'extème orient? Quant aux khirghizes qui sont justes au milieu géographique, j'ignore comment ils se débrouillent! Ils élèvent des moutons?!
bon bref j'ai bien rigolé à la lecture de ton article "swap" et suis désormais un peu moins bête après celle sur les mangas pains!!! au plaisir et bien le bonjour chez les gauchers!!! Mimi K

Paddy a dit…

Bonjour Mimi K et bienvenue dans ma bergerie !
Alors, deux cerveaux droits, ça devrait donner quelqu'un de super méga intuitif, créatif et sensible, si on en croit la psychologie de base. Moi, on va dire que j'ai plutôt deux cerveaux gauches, puisque je suis un mouton hyper logique et rationnel (si, si, je te jure !).
Ouais, mettre des commentaires avec Blogger, ça a pas l'air hyper évident (les concepteurs de la plateforme ne devaient pas avoir deux cerveaux gauches !) !
A bientôt !

Elodie a dit…

Moshi mohsi !
Je découvre cet excellent blog via Syven... Et après deux petits voyages au japon j'en suis arrivée à conclure que les japonais avaient de très bonnes spécialités boulangères, peu nombreuses et importées en général, mais vraiment bonnes. Qu'y a-t-il de meilleur qu'un bon "melon pan" par exemple ? J'ai essayé d'en refaire de retour en France, mais je ne suis pas assez bonne cuisinière. Si je retourne au Japon, je me ferai un plaisir d'en remanger au moins un par jour ! :D

Paddy a dit…

Bienvenue dans la bergerie, Elodie !
Ce n'est pas dans la tradition de la cuisine japonaise de faire du pain, mais je crois que les Japonais en rafolent et qu'ils se sont mis à en faire de très bons en effet. N'est-ce pas moins un produit courant qu'on mange nécessairement à chaque repas qu'une gourmandise qu'on se réserve à quatre-heures ? (Mais j'y pense : les Japonais prennent-ils un "quatre-heures" ???) D'où la nécessité d'avoir des spécialités boulangères et des vienoiseries de bonne qualité !

Elodie a dit…

"Les japonais ont-ils un 4 heures ?" --> je ne pense pas... les japonais avec qui j'ai travaillé (et que je suis allée voir, d'où mes deux voyages payés par ma boite :p) n'en faisaient pas. les journées étaient longues, mais les soirées entre collègues aussi ;) Par contre j'insiste : un bon melon pan en plus ou en guise de bento à midi... Excellent :D J'ai trouvé cette recette qui vaut ce qu'elle vaut http://www.lerman.biz/asagao/melonpan.html c'est pas vraiment LE melon pan japonais que j'adore mais en fait je ne suis pas une pro de la cuisine... donc à qui la faute ? ^^ Si tu as une autre recette sous la main je suis preneuse !

Paddy a dit…

Je n'ai jamais goûté de "melon pan" et là, tu me donnes trop envie ! Hélas, je ne pense pas que ma boite est prête à me payer un aller-retour au Japon pour me permettre de faire cette expérience culinaire !
J'ai vu sur Internet que les personnages du manga Yakitate s'essaient au "melon pan". Peut-être que tu pourrais chercher dans cette BD la recette (y'a des pages recettes en dernières pages de chaque tome)...

Elodie a dit…

Bonne idée ! Je ne suis pas trop manga, mais j'ai un ami qui a peut-être celui-ci en stock...
Sinon cette spécialité est aussi très présente dans l'anime "Shakugan no Shana" (l'héroïne ne mangeant quasiment que ça), mais ils ne donnent pas de recette :/

Paddy a dit…

Il y a plus de vingt tomes à la série "Yakitate", alors il faut trouver le bon livre dans lequel pourrait se trouver la recette ! Si jamais je trouve, je te ferai signe !

Elodie a dit…

Volontiers !
(miam)