mardi 23 septembre 2008

Les antiques pendouilles

Pour son anniversaire, Maître Moun a été bien gâté par son beau-papa et sa belle-maman, grands amateurs d'antiquités, puisqu'il a eu en cadeau ceci :

Qu'est-ce que c'est ? Tiens, j'aimerais bien vous faire deviner, aimables lecteurs. Mais ce blog est un site sérieux et on ne va pas perdre de temps en futilités ludiques. Certes, on y trouve des chats volants et des moutons qui se piquent la patte, mais bon, ce ne sont que des moments d'égarements qui ne se reproduiront pas (si, si !)...

Bref, l'objet ci-dessus vient du Japon et ce nomme "inrô". Il s'agit d'une petite boite de forme ovoïde ou cylindrique, qui s'ouvre aisément pour laisser apparaître plusieurs compartiments imbriqués les uns dans les autres. Cet objet typique japonais est apparu au XVIe siècle. Il était porté par les samouraï qui les suspendaient à leur ceinture. En effet, les kimonos n'ayant pas de poche, il y a toujours eu dans les habits traditionnels japonais des "sagemono", c'est-à-dire littéralement des objets pendants suspendus à la ceinture (au obi).
A l'origine, l'inrô était une boîte ("in") à cachet (""). Il faut en effet savoir qu'au Japon il n'est pas d'usage de signer les documents officiels comme chez nous : on y appose plutôt son sceau, c'est-à-dire qu'on tamponne l'inscription de son nom avec un petit cachet que l'on s'est fait graver personnellement. La couleur de l'encre est rouge vermillon. Bref, il y a plusieurs siècles les hommes mettaient leur cachet dans leur "inrô". Mais au fil du temps, cette jolie boîte, généralement fabriquée en bois, mais parfois aussi en cuir, en ivoire ou en céramique, a servi à transporter des herbes médicinales. En d'autres termes, l'inrô est devenu une boite à pilules, portée sur le kimono grâce à l'accroche d'une corde de soie.


Je ne sais pas de quand date cet inrô-là. Milieu ou fin du XIXe siècle ? Il semble qu'après 1850, les inrô se sont faits de plus en plus rares, étant donné que les hommes d'affaires se sont mis à porter des costumes occidentaux avec des poches, ce qui rendaient caducs le port des sagemonos. Bien qu'un peu effacé, on peut voir sur la face de la boite laquée le dessin d'un paysage d'inspiration japonaise - une montagne et des arbres. C'est un magnifique objet qui a plaît beaucoup aux Moun.

Il reste maintenant à faire le tour des antiquaires pour trouver l'accessoire qui va avec le inrô : le netsuké. Il s'agit d'un joli objet sculpté placé au-dessus de l'obi qui sert à maintenir le sagemono, un peu comme le ferait un taquet. Il peut représenter un petit animal, un personnage de la vie courante ou même un être mythologique comme le kappa. Évidemment, à l'époque, ces objets accrochés à la taille n'étaient pas seulement utilitaires. C'était aussi des marques de fortune et d'appartenance sociale. Peut-être bien un petit peu comme les téléphones portables d'aujourd'hui, non ?

En tout cas, Maître Moun, non, tu n'es pas autorisé à mettre des tic-tac dans ton nouvel inrô ! Ni non plus à te prendre pour un samouraï et à sortir prétentieusement ton inrô !

10 commentaires:

Elodie a dit…

"Il peut représenter un petit animal, un personnage de la vie courante ou même un être mythologique comme le kappa." --> j'attends de voir si tu vas trouver un netsuke a ton effigie... petit mouton Paddy :p Et avec une tâche en forme d'étoile ?

Paddy a dit…

A mon avis, je risque d'avoir un peu de mal à trouver, car des moutons au Japon, y'en a vraiment pas des masses !

Elodie a dit…

C'est ce que j'ai cru comprendre en lisant "la course au mouton sauvage" :p

Paddy a dit…

Je suis justement en train de reprendre la lecture de ce livre que j'avais abandonné il y a quelques mois, avant d'arriver à la fin !
Mais moi, je ne suis pas un mouton sauvage... plutôt un mouton domestique !

Elodie a dit…

Abandonner un Murakami ?!? Mais par tous les moutons du Japon, comment est-ce possible ?!?

Ton intellect surdéveloppé de Ovis aries aura compris : je suis fan de cet auteur ^^

Tu n'en a pas lu d'autres de lui

Elodie a dit…

?

^^

Paddy a dit…

Non, je n'ai encore rien lu de Murakami... mais c'est tout en haut de ma pile de livres à lire ! Donc ça ne saurait tarder !

Elodie a dit…

Outre "La course au mouton sauvage" je te conseille très fortement "Kafka sur le rivage" et "La fin des temps".
Enfin, tous les goûts sont dans la nature et c'est un style un peu particulier... Mais moi j'adore :D

Paddy a dit…

Merci pour ces suggestions de lecture, Elodie ! C'est bien noté. Ma pile de livres à lire est en train de devenir un vrai gratte-ciel, tant elle est haute ! En plus, le chat se fait les dents sur les livres qui attendent d'être lus près du lit de mes maîtres... Pffff !

Padoule l'ignare a dit…

Je te suggère de proposer à ton maître de lire les livres qui sont en bas de la pile... ils se fera certainement un plaisir de de nous faire un résumer ensuite !