lundi 5 mai 2008

Les tempura de Chef Moun

Le 1er mai, c'est la Fête du travail - en France, mais aussi chez les Japonais pour qui ce jour tombe en pleine Golden Week. Pour bien célébrer la Fête du travail, il est d'usage de ne pas travailler (logique !). Pour rendre hommage à ce jour, les Moun ont même poussé leur syndicalisme exacerbé jusqu'à faire du 1er mai une vraie Fête de la glande. Pour aller jusqu'au bout de la célébration, ils ont donc mis en pratique leurs principes. Ainsi, si vous aviez rendu visite aux Moun jeudi matin, vous auriez pu en voir :
- un devant la télé, devant le 1052e épisode de Dragon Ball ;
- un(e) autre au fin fond du lit, devant un roman haletant ;
- un(e) autre dans le meilleur des canapés, devant les coussins les plus moelleux qui soient.

Bref, il n'y avait que moi, petit mouton en peluche, qui était à peu près vaillant... c'est dire !

Toutefois, à 13h15, Maître Moun s'est d'un coup réveillé de sa torpeur. "Et si on faisait des tempura ?" a-t-il déclaré. Geisha Line lui a ri au nez (aujourd'hui les femmes n'ont plus aucun respect pour leur mari) : "Ah ouais, et c'est où que tu trouves des crevettes un premier mai ?" (notez le langage peu châtié de Geisha Line, mais on lui pardonnera pour une fois cette pauvreté lexicale et ces incertitudes syntaxicales). Mais Maître Moun, imperturbarble, a fait fi de ces remarques acerbes et est sorti d'un pas décidé de la maison. Il en est revenu quelques minutes plus tard avec un sac rempli de légumes frais : courgettes, champignons, carottes, aubergine et haricots verts. Point de crevette, mais tant pis il n'y a pas que les tempura aux crevettes dans la vie.

Maître Moun a revêtu son beau tablier de chef (voir la photo ici, où nous parlions déjà des tempura) et Geisha Line s'est accrochée autour de la taille le petit tablier japonais (Made in China, mais bon) ramené de Kyoto. Le cuisto chef et son assistante étaient prêts à passer derrière les fournaux !
Sous les ordres autoritaires de Chef Moun, Geisha Line a lavé, épluché, coupé, trempé, disposé. Puis, pendant que le chef s'affairait en cuisine en mélangeant de la sauce soja, des algues et de la farine, elle a dressé la table à la Japonaise, inaugurant la vaisselle dévalisée dans les "100 yen shops".
Résultat ? Les tempura avaient la tête de vraies fritures japonaises. Si, si ! Pour preuve, voici ci-dessous deux photos : l'une a été prise dans un vrai restaurant japonais au Japon et on y voit des tempura locaux ; l'autre a été prise chez les Moun jeudi 1er mai. Sauriez-vous distinguer le vrai repas japonais de son imitation mounesque* ?


Pour indice, Maître Moun avait fait un peu trop de beignets. Du coup, mes maîtres en ont mangé jusqu'à s'en dégouter. Pas malin !

  • Pour la recette des tempura, voir sur ce site ou celui-ci, site de chevet du Maître Moun.

Note de l'éditeur :

* Inutile de chercher le définition de "mounesque" dans le Petit Robert. L'adjectif qualifie une attitude pleine de panache, à la Maître Moun.



3 commentaires:

Padoule a dit…

J'avais bien deviné quelle était la photo "made in moun" avant l'indice car on connait en effet le goût des japonais pour la parcimonie et le léger enclin de Maître Moun pour comment dirais-je... l'abondance et la quantité.
A l'image du feng-shui il faut savoir que la frugalité met plus un repas en valeur, à la fois pour les yeux et pour les papilles.

Au fait, ce week-end Padouline et moi-même avons constaté que le resto Aki était fermé momentanément pour cause de travaux dans le bâtiment. Qu'à cela ne tienne... il n'a pas été difficile de trouver une alternative dans cette rue.

Paddy a dit…

Coucou Padoule !

Nous revenons de chez Aki, rue sainte Anne, où Maître Moun s'est régalé d'un bon okonomiyaki. La façade est bien en travaux, mais le restaurant est ouvert. Il y avait même beaucoup de monde.
Il va falloir que tu retournes rue Sainte Anne avec Padouline pour vérifier par toi-même (quelle corvée, einh !!!!)

A bientôt !

Padoule a dit…

Oh je vous fais confiance. Ça doit donc être qu'il est fermé le dimanche. En fait nous ne pensions pas y manger cette fois là mais nous voulions plutôt en essayer un autre pour changer. Et puis il faisait tellement chaud alors que l'idée d'être en face des plaques de cuisson ne nous disait trop rien. La saison se prête plus aux plats frais. Merci d'avoir corrigé l'information en tout cas.

A bientôt.