jeudi 26 février 2009

It's raining cats and dogs

Hiroshige, Sur la route de Tokaido
8e station : Oiso
"Pluie de Tora" (Tora-ga-me)

Le jeudi, c'est cours de gym - et 1, et 2, et 3, on lève les jambes et on contracte les abdos, allez, on y va !
Mais le jeudi, c'est aussi le voyage d'Hiroshige sur le chemin des estampes du Tokaido. Effort bien moindre, et découverte bien plus merveilleuse que le dojo crasseux du gymnase municipal.
Aujourd'hui, les voyageurs arrivent trempés au relais d'Oiso. Chacun a pris ce qu'il avait sous la main pour se protéger des épaisses gouttes de pluie qui tombent avec violence dans les rues du village. On ne voit aucun visage, chacun se dissimulant sous un grand chapeau, un parapluie ou une grande couverture.

Dans cette estampe, j'aime la verticalité des traits de pluie qui trahissent toute la violence de l'averse. Hiroshige a-t-il pris une règle pour dessiner des traits aussi droits ? Dans la vie, dira-t-on, la pluie n'est jamais aussi géométrique et ne se soucie pas de jeter des rayons si parfaits sur la terre. Pourtant, ces traits obliques me rappellent des orages de montagne si violents qu'ils ont laissé, pendant quelques instants, des marques sur ma peau.

Il pleut des chiens et des chats. Le sol est gris et c'est bientôt la nuit. Mais de la mer qui se dévoile à l'horizon éclate une lumière illuminant le paysage.
Je ne doute pas qu'après cette averse il y aura dans le ciel un magnifique arc-en-ciel.

2 commentaires:

rodolphe a dit…

j'ai beaucoup aimé vos commentaires sur ces estampes... Le rêve à travers l'image et le mots ont pris corps dans mon esprit.
Rodolphe

Petit Page a dit…

Dans le "Kafka sur le rivage" de Murakami Haruki, il ne pleut pas des chiens et des chats, mais des...
"suce-pinces"... Si Paddy ne le sait pas, qu'il demande à Dvorah!

Le Petit Page, qui adore toutes ces pensées croisées ( ici, ou là... )le ramenant toujours au puits de Murakami...