dimanche 31 janvier 2010

Le vieux fou de dessin

Avouons-le : je n'ai pas tenu ma promesse qui était celle d'accompagner tous les jeudis de l'année 2009 d'une estampe d'Hiroshige tirée de la route du Tokaïdo. Honte à moi ! On dira que c'est la faute au temps qui passe et à la paresse par qui je trépasse. Mais ce n'est pas parce que l'année 2009 est terminée qu'il me faut cesser là mon voyage, à quelques étapes à peine de la fin.

Continuons-le là où je l'avais laissé la dernière fois, lors de la 48e étape. Pour accompagner la 49e étape qui nous mène aujourd'hui à Tsuchiyama, sous la "pluie de printemps"...
Hiroshige, Sur la route du Tokaido
49e relais : Tsuchiyama
"Pluie de printemps" (Haro no ame)

... j'aimerais vous présenter un collègue d'Hiroshige, Katsushika Hokusai, un "vieux fou de dessin". L'expression est de François Place et est le titre d'un petit roman pour les jeunes, publié chez Gallimard Jeunesse.
Le vieux fou de dessin est une sorte de biographie fictive du grand Hokusai. François Place a imaginé un petit héros d'une dizaine d'années, Tojiro, vendeur ambulant dans les rues d'Edo. Celui-ci rencontre un jour par hasard un vieil homme complètement hors norme, qui passe ses journées à dessiner dans son atelier. Le vieil homme n'est autre qu'Hokusai, le grand artiste, déjà célèbre à son époque et reconnu comme un des plus grands artistes de son pays. Le vieux peintre prend le petit Tojiro sous son aile et en fait son apprenti, lui faisant découvrir sa façon de dessiner et, avec elle, l'art et la technique des estampes.

Par le prétexte de la rencontre imaginée entre une personnalité réelle et un personnage de roman, François Place nous fait merveilleusement découvrir le monde des estampes et nous permet d'assister en direct à la création artistique. Certes, certains passages sont très didactiques et on sent bien que le dialogue entre les deux personnages n'est qu'un prétexte pour donner des informations. Mais l'histoire se lit comme un roman... c'est le cas de le dire !

François Place n'est pas seulement auteur. C'est aussi un illustrateur de talent. C'est lui qui illustre les pages de ce roman, par de nombreuses petites illustrations au trait, dont certaines sont fortement inspirées d'Hokusai. Plus encore, lorsque François Place fait parler Hokusai, on sent qu'à travers lui c'est un artiste qui parle et qu'il veut nous faire entrer au plus intime de la création artistique. François Place n'est-il pas en quelque sorte le petit Tojiro qui apprend au contact de l'observation du grand maître ?© Ill. François Place - Éd. Gallimard-Jeunesse / Extrait du roman Le vieux fou de dessin.

"Quand il revient, le peintre verse délicatement l'eau pure dans un suzuri. C'est une pierre à encre, sorte de godet rectangulaire dont le fond incliné forme le réservoir. Puis il saisit un bâtonnet d'encre de Chine et le frotte sur le fond abrasif de la pierre à encre. Lentement, l'eau se teinte d'un beau noir profond.
- Regarde comme cette encre est belle. Tu comprends, maintenant, pourquoi il me fallait de l'eau claire ? L'eau, c'est la clarté du jour et le blanc du papier. Le noir, c'est le velours de la nuit et l'encre satinée du pinceau. Si tu sais faire correctement de l'encre, tu n'auras plus jamais peur des cauchemars...
Le garçon s'approche et scrute le fond du suzuri.
- Peuh, je ne fais jamais de cauchemar...
- Crois-moi, petit moineau, celui qui sait apprivoiser le blanc du papier et le noir de la nuit peut dessiner tous ses rêves et ses cauchemars...
- C'est vrai ? demande Tojiro.
- C'est ce que je fais depuis que j'ai ton âge !"
François Place, Le vieux fou de dessin, (c) Gallimard Jeunesse, pages 59-60.


Le vieux fou de dessin
François Place
Folio Junior
Gallimard Jeunesse
1997 / 2008.

2 commentaires:

Ojni a dit…

As tu lu le conte de marguerite Yourcenar? Comment fut sauvé Wang-Fo?
C'est une lecture obligatoire!!! :))

Paddy a dit…

Oui, je connais cette nouvelle et je la trouve carrément géniale ! C'est un de mes livres de chevet !