dimanche 14 février 2010

Barbecues d'intérieur

Lors des premiers jours de notre voyage en Corée, nous abordions les moments des repas avec une certaine appréhension. L'overdose de piments rouges dans TOUS les plats de la cuisine coréenne n'était pas vraiment au goût de nos palais. Puis, on a découvert les barbecues coréens, et là, ça a été l'extase (surtout pour Geisha Line, dont l'estomac est habituellement difficile à contenter).

Les barbecues, que les Coréens nomment "bulgogi", ça donnait ça :

ou bien ça :

ou encore ça, avec pleins de petits légumes à faire griller :

Le "bulgogi" est une "viande au feu". Il s'agit en fait de viande marinée que le restaurateur apporte crue sur la table et que le client grille à sa guise sur un barbecue généralement intégré dans la table. La plupart du temps, la viande est du bœuf (on le reconnaissait facilement grâce aux petits dessins de tête de vache devant la devanture de ces types de restaurants !). Mais on trouve aussi du porc. La viande est marinée dans une préparation à base d'huile de sésame, de sauce soja, d'alcool de riz et parfois d'un peu de jus de poire. On trempe ensuite la viande grillée dans une sauce à base de sauce soja.
Le tout s'accompagne de tout un tas de petits plats (avec le premier d'entre eux : le kimchi, of course !). En Corée, on nous servait la viande avec de grandes feuilles de salade et, histoire de faire un peu comme les locaux, on s'est exercé à glisser la viande dans la feuille de salade et à manger ainsi avec nos doigts.

Bref, les barbecues coréens, c'était vraiment top !

Pourtant, on a attendu presque un an avant de tenter l'expérience d'un barbecue coréen à Paris.
Samedi soir, on s'est ainsi retrouvés dans un restau coréen de Montparnasse.
Il y avait les tables avec planches à grillades intégrées, tout comme en Corée, ainsi que la viande délicieusement marinée. Cela a donné ça :
C'est comme moins appétissant qu'en Corée, n'est-ce pas ?! Les franco-Coréens sont moins généreux. Au lieu de la multitude de petits plats, on a eu droit dans notre menu à une petite soupe, une petite salade toute simple et un petit plat de bibimbap. Le bibimbap est un plat très populaire en Corée : il s'agit d'un bol de riz dans lequel on mélange plusieurs ingrédients - légumes, oeufs, algues, viande... En Corée, c'est en général servi comme un plat à part entière. Là, la part était moins copieuse et il s'agissait d'un accompagnement.
Pas de kimchi ni de piment dans notre barbecue parisien. On ne va pas s'en plaindre, certes, mais on voit bien que la cuisine a été adaptée aux palais français !

Comme mes maîtres ne font rien à moitié, ils ont testé également le cousin japonais du bulgogi : le yaki-niku. La sortie culinaire a eu lieu dans LA rue japonaise de Paris : rue Sainte-Anne, dans un restau affiché comme "barbecue japonais".
Pas de grande différence avec son homologue coréen. Le menu était à peu près équivalent (viande à griller, soupe, salade, bibimbap). Par contre, cette fois-ci on a eu le droit aux piments dans le riz !
Maître Moun a dit que les deux barbecues n'étaient "pas du tout pareil" (je cite). Mais Geisha Line est restée sceptique sur cette opinion. A vrai dire, les Japonais ont copié la recette du barbecue coréen et l'ont très légèrement adoptée à leur goût.

En tous les cas, la prochaine résolution des Moun est d'acheter un appareil à barbecue (on en trouve facilement dans les boutiques asiatiques du quartier Opéra) et d'essayer la recette à la maison... (bonjour les odeurs !)

Sinon, dites-moi, vous connaissez de bonnes adresses de barbecues coréens à Paris ?

  • Recettes du bulgogui trouvée ici et ici (mais pas testées !)

1 commentaire:

Nefertiti,deesse NiLuNoah adoratrice d Aton a dit…

n etant pas en france,je ne peux pas te repondre,mais en tout cas ca a l air delicieux,merci de la decouverte (par contre moi j adore le piment dans tout ;O) )